Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
⏱ Temps de lecture : 6 minutes

Avec la réforme des retraites envisagée en 2020, ce sujet délicat a refait émerger une incertitude que beaucoup d’entre nous ressentent concernant le montant de la retraite que l’on pourra réellement percevoir.

La peur de la précarité à un âge où nous aspirons à nous reposer après plusieurs décennies de travail est bien réelle dans le cœur de la plupart des Français. Beaucoup sont convaincus qu’il est essentiel de se garantir dès à présent une source de revenus complémentaires, tant le régime de la retraite semble ne plus pouvoir nous assurer un niveau de vie confortable sur nos vieux jours. Ce sentiment n’est pas sans fondement et préparer sa retraite devient un enjeu aussi bien pour les salariés que pour les travailleurs indépendants. Plusieurs solutions s’offrent à vous pour vous garantir une retraite paisible, voici lesquelles.

Preparer sa retraite

Investir dans la pierre : bonne ou fausse bonne idée ?

Investir dans l’immobilier fait partie des placements que beaucoup gardent en tête au moment d’évoquer le financement de sa retraite. Il faut dire que l’investissement dans l’immobilier présente plusieurs avantages :

  • le versement d’un loyer mensuel en mettant en location un bien immobilier ;
  • la possibilité d’acheter un ou plusieurs biens financés durant les années d’activité ;
  • la constitution d’un patrimoine immobilier acquis en plus de la perception de loyers ;
  • l’application de régimes fiscaux avantageux pour l’investisseur.

Concernant ce dernier point, le dispositif Pinel a été prolongé jusqu’à 31 décembre 2022. Pour rappel, la loi Pinel a remplacé le dispositif Duflot et permet de bénéficier d’une réduction d’impôt. Le montant de cette réduction d’impôt dépend du prix d’acquisition du bien. 

De plus, un certain nombre de conditions devront être respectées comme :

  • investir dans un logement situé dans un bâtiment d’habitation collectif ;
  • louer en non meublé le logement à des locataires aux revenus modestes ;
  • acheter ou rénover un logement qui doit présenter une performance énergétique minimale précisée dans le Code général des impôts. 

Cette solution d’investissement est donc généralement privilégiée par des actifs qui ont encore devant eux plusieurs années de travail pour payer cet investissement. Pour les dirigeants d’entreprise ou les cadres qui peuvent épargner chaque mois une certaine somme d’argent, investir dans l’immobilier représente un placement peu risqué qui peut produire une rentrée d’argent immédiate avant la retraite.

Pour conclure, investir dans la pierre reste une bonne idée pour préparer sa retraite, dans la mesure où vous investissez dans un ou plusieurs biens, si vous n’avez pas l’épargne nécessaire pour acheter sans crédit. Un petit conseil #Womaccelerator : avant de signer votre investissement, renseignez vous sur la localisation du bien et sur la manière dont le prix pourrait évoluer à moyen et long terme.

L’assurance-vie : un placement peu risqué

L’assurance-vie est un contrat d’épargne qui séduit, certes moins mais toujours, de nombreux épargnants pour ses conditions de placement et ses options de versement du capital. Pour se constituer des revenus complémentaires à la retraite, ce contrat d’épargne présente l’avantage :

  • d’être souscrit pour une durée librement fixée par le souscripteur ;
  • de permettre le versement du capital sous la forme d’une rente ou sous la forme d’un ou de plusieurs versements ;
  • de placer son épargne sur des fonds sécurisés en euros ou sur des supports en unités de compte plus risqués, mais possiblement plus rémunérateurs ;
  • de profiter d’une fiscalité avantageuse avec une imposition uniquement sur les gains générés par l’assurance-vie.

Il est conseillé de souscrire ce type de contrat d’épargne bien en amont de votre départ en retraite pour plusieurs raisons. Tout d’abord, au bout des 8 ans du contrat vous pouvez bénéficier d’un abattement fiscal ainsi que d’un taux d’imposition sur le revenu plus avantageux. 

L’autre raison qui se comprend aisément est que vous bénéficierez d’un capital plus élevé si vous souscrivez un contrat d’assurance-vie sur le long terme. En effet, chaque année vous cumulerez les gains engendrés par vos placements au titre de votre assurance-vie. 

Bon nombre de conseillers en assurance estiment que la souscription d’un contrat d’assurance-vie pour préparer sa retraite doit idéalement intervenir avant 35 ans. Cette estimation est néanmoins à relativiser en fonction des sommes que vous pourrez verser sur votre contrat d’assurance-vie. Selon les sommes que vous pourrez verser sur votre contrat d’assurance-vie, vous pourrez également bénéficier de gains plus importants. 

La nature des placements a également son importance. Pour toutes ces raisons, nous vous conseillons dans tous les cas de faire appel à un conseiller pour vous aiguiller sur les placements en assurance-vie par rapport à votre capacité d’épargne et à votre âge. #Womaccelerator a anticipé ce besoin en mettant à votre disposition des Mentors pouvant vous guider sur ces sujets. 

Le PER individuel venant remplacer le PERP et le contrat Madelin

Que vous soyez salarié.e ou dirigeant.e d’entreprise, vous pouvez souscrire un contrat d’épargne pour votre retraite à titre individuel. 

Jusqu’au 1er octobre 2020, le plan d’épargne retraite populaire (PERP) et le contrat Madelin étaient les 2 supports privilégiés. Afin de favoriser l’épargne pour la retraite, l’État a souhaité assouplir les modalités de versement du capital. Ainsi, le PERP et le contrat Madelin ne peuvent plus être souscrits depuis octobre 2020. 

Pour remplacer ces contrats d’épargne, il est désormais possible de souscrire un plan d’épargne retraite individuel (PER individuel) depuis le 1er octobre 2019. L’avantage d’un PER individuel par rapport aux anciens contrats d’épargne est notamment que le souscripteur peut librement choisir le versement de son épargne et ses gains sous forme d’une rente ou d’une sortie en capital

À noter que contrairement à un investissement immobilier ou à un contrat d’assurance-vie, le capital d’un PER ne sera disponible qu’au moment du départ en retraite du souscripteur. Il existe néanmoins une liste de situations pouvant justifier le déblocage anticipé des fonds. 

De plus, l’ouverture d’un PER permet de déduire de l’impôt sur le revenu le montant des sommes versées sur ce contrat d’épargne, dans la limite d’un plafond établi selon les revenus de votre foyer fiscal.

Lorsque vous souhaitez toucher le capital de votre PER, vous ne serez imposé que sur les gains produits par ce contrat et non sur les sommes investies.

Comme pour tout contrat d’épargne, plus vous épargnerez longtemps et plus vous pourrez bénéficier d’une rente ou d’un capital élevé. Par conséquent, n’attendez pas les dernières années avant votre retraite pour souscrire un PER individuel. 

Le PER d’entreprise collectif pour les salariés

Un PER d’entreprise collectif ne peut être proposé qu’aux salariés d’une entreprise. Tout dirigeant d’entreprise qui bénéficie du statut d’assimilé salarié peut également bénéficier du PER proposé par l’entreprise. Par contre, un chef d’entreprise ayant le statut de travailleur non salarié ne pourra pas souscrire ce type de contrat, mais il pourra néanmoins s’orienter vers un PER individuel. 

Ce PER d’entreprise collectif n’est pas un plan d’épargne obligatoire pour tous les salariés d’une entreprise. Un salarié peut donc librement refuser de souscrire ce type de contrat d’épargne. 

Comme pour le PER individuel, le PER d’entreprise collectif permet de se constituer un capital avec l’application d’un régime fiscal avantageux. Les fonds ne seront disponibles que lors du départ en retraite du salarié, mais ce dernier peut demander un déblocage anticipé des fonds dans certains cas. 

Comme pour tout PER, ce plan d’épargne permet de se constituer au choix :

  • une rente ;
  • un capital versé en un ou plusieurs versements ;
  • une rente pour partie et un capital pour l’autre partie.

Les sommes versées pour alimenter un PER sont exonérées d’impôt sur le revenu et seuls les gains seront imposés au moment de la sortie du capital.

Autre avantage non négligeable : les sommes versées sur un PER d’entreprise collectif qui proviennent d’une prime d’intéressement, d’une prime de participation ou d’un abondement de l’employeur sont exonérées d’impôt sur le revenu. 

Si vous êtes amené à changer d’entreprise au cours de votre carrière professionnelle, vous pouvez transférer les fonds de votre PER d’entreprise collectif vers le PER de la nouvelle entreprise vous employant ou vers un PER individuel.

Il s’agit donc d’un plan d’épargne retraite peu risqué où tout l’intérêt est que votre employeur peut également participer à alimenter votre épargne. 

La bourse : quitte ou double !

Investir en bourse pour préparer sa retraite n’est pas sans risques. En vous constituant un portefeuille de titres sur les marchés financiers, vous vous exposez également aux fluctuations de ces marchés boursiers. 

L’objectif est bien évidemment de toucher des dividendes et de réaliser d’importantes plus-values sur les titres acquis. Mais contrairement à un contrat d’épargne, vous vous exposez aussi au risque de subir une moins-value des titres.

Par conséquent, investir en bourse seul et sans aucune connaissance des marchés financiers est fortement déconseillé. Vous devez être conseillé sur les titres à acquérir qui vous offrent une certaine sécurité concernant le maintien de leur valeur. 

De plus, en bourse les placements financiers les moins risqués qui permettent néanmoins d’obtenir des dividendes et une plus-value intéressante sont bien souvent acquis sur le long terme.

Ainsi, investir en bourse peut vous permettre de vous constituer une belle retraite si vous misez sur le bon cheval. Nous vous conseillons néanmoins de sécuriser vos placements en ouvrant en parallèle un contrat d’épargne et/ou d’assurance vie et/ou en investissant dans l’immobilier pour vous garantir une retraite confortable. 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
A lire aussi  Fiscalité assurance vie : comment êtes-vous imposé ?