Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
⏱ Temps de lecture : 11 minutes

Dans le monde du travail, on ne jure que par lui : le Réseau professionnel. Que ce soit pour décrocher un travail, recruter un nouveau salarié ou même évoluer, il est impossible de faire sans. 

Dans le contexte économique actuel, faire appel à cet ensemble de personnes dont vous avez fait la connaissance dans le cadre personnel ou professionnel, c’est mettre toutes les chances de son côté pour avancer. Mais encore faut-il savoir le gérer au mieux !

J’ai pour habitude de dire qu’avoir un réseau n’est pas un privilège, mais une nécessité. Voici mes 7 conseils pour mieux réseauter. 

Réseau professionnel

Networkeur / networkeuse : est-ce que vous avez le profil pour développer un réseau professionnel? 

Souvent traduit par le néologisme « réseautage d’affaires », le networking est une méthode qui consiste à créer ou à renforcer des contacts avec d’autres professionnels dans le but de générer des opportunités d’affaires. Bien utilisée, cette pratique est un excellent moyen de développer des relations qui permettront à un manager de se faire connaître, de débloquer des opportunités ou de trouver de nouvelles relations professionnelles (associés, collaborateurs, etc.).

Un networker ou une networkeuse est une personne qui se crée un réseau de relations sur le long terme, et ce pour plusieurs raisons :

  • Trouver un emploi,
  • Développer son entreprise,
  • Recruter de nouveaux collaborateurs,
  • Trouver des clients,
  • Identifier de futurs fournisseurs.

Ces échanges de connaissance ou de services lui permettent d’accroître son activité, d’améliorer ses connaissances ou d’étendre sa zone d’influence. Mais comme pour recevoir, il faut avant tout donner, il lui arrive aussi simplement de servir la communauté.

Pour ce faire, un bon networker doit avant tout maîtriser les fondamentaux de la communication relationnelle. Une fois entré en contact, il doit savoir soigner son pitch en le faisant court, clair et concis, mais néanmoins captivant. La personne à qui vous vous adressez doit rapidement comprendre qui vous êtes, ce que vous lui proposez ou encore ce que vous avez à lui apporter. 

La meilleure façon de réseauter, c’est de commencer par les réseaux des anciens (anciens étudiants de promotion, anciens parents d’élèves, anciens collègues, etc.). Vous pouvez aussi adhérer à des associations professionnelles qui proposent des rencontres ou soirées de networking, nous le verrons plus en détails ci-après. Ou enfin consulter des forums, blogs ou autres groupes de discussion sur les réseaux sociaux.

Une fois votre carnet d’adresses constitué, veillez à bien l’entretenir : restez en contact avec les uns et les autres, communiquez, répondez aux invitations qui vous sont lancées et assistez le plus possible aux événements (réels ou virtuels) auxquels vous êtes conviés. 

Sortir du cadre lors d’un événement plaisir (comme assister à un match de foot ou à une soirée littéraire, par exemple) est un bon moyen d’échanger autrement et d’entretenir son réseau. Et n’oubliez pas : plus les membres de votre réseau entendent parler de vous, plus ils penseront que vous êtes dynamique, impliqué, actif, et donc probablement essentiel !

En termes de comportement, sachez rester humble et modeste, pro et proche, sans toutefois paraitre intrusif. Choisissez bien les messages que vous souhaitez faire passer et misez sur la qualité du lien plutôt que sur la quantité de contacts. 

Enfin, ne voyez pas le réseautage comme une contrainte ! Les Français fonctionnent en réseaux. Des connaissances, vous en avez, le tout est de savoir comment garder le contact pour en profiter. Bien sûr, vous pouvez aussi solliciter des personnes rencontrées par hasard car, comme le dit le célèbre proverbe : les amis de nos amis sont nos amis.

2. Partez de vos relations professionnelles existantes 

Si certaines personnes éprouvent des difficultés à réseauter efficacement, d’autres le font au contraire de façon très naturelle. Networker est en réalité un art qui s’apprend : l’art d’entrer en contact, de savoir ensuite le rester de manière régulière, mais aussi l’art d’être patient et d’avoir une vision à long terme… Le networking étant un investissement sur le moyen / long terme, il faut aussi savoir bien gérer son temps. 

Pour bien démarrer un réseau, il faut avoir quelques bons réflexes. La première chose à faire est de partir de vos relations professionnelles existantes. 

Depuis le temps que vous êtes salarié(e), vous avez travaillé avec de nombreuses personnes de tous horizons. Listez leurs noms, faites le point sur celles et ceux avec qui vous êtes toujours en contact et les autres que vous avez peut-être perdus de vue, mais que vous pourriez éventuellement recontacter. 

Écrivez vos objectifs noir sur blanc, définissez votre plan puis créez votre communauté. Relations familiales, amis, anciens camarades de classe, anciens collègues de travail : tous les contacts sont bons pour élargir votre sphère professionnelle. Parmi eux, identifiez les personnes qui pourraient vous être utiles, soit pour en savoir plus sur un métier ou un secteur, soit pour vous mettre eux-mêmes en relation avec quelqu’un qui vous donnera l’opportunité que vous recherchez.

Soyez authentique dans vos échanges : intéressez-vous aux autres, puis parlez de vous pour faire connaître vos compétences et votre expertise. Accordez-vous du temps dans votre agenda pour réseauter efficacement et obtenir ainsi des résultats. Utilisez ce créneau pour entretenir vos relations existantes, reprendre contact avec vos anciens collègues ou découvrir de nouvelles personnes. 

Une astuce pour rencontrer de nouvelles personnes justement ? Faites une liste 2×2 ! Contactez deux personnes de votre réseau professionnel et proposez-leur de venir avec deux de leurs relations. Ainsi, en déjeunant ensemble, en prenant un café ou en vous rendant à une soirée networking ensemble, chacun élargit son cercle, et tout le monde y gagne !

3. Pourquoi utiliser LinkedIn pour réseauter ? 

Un profil sur LinkedIn, c’est beaucoup plus qu’un CV en ligne. LinkedIn est aujourd’hui le réseau social professionnel le plus populaire pour les échanges entre professionnels (B to B). Que vous soyez étudiant, salarié, recruteur, entrepreneur ou en recherche de nouveaux défis professionnels à relever, apprenez à faire bon usage de cet outil indispensable pour tisser des liens avec des professionnels inaccessibles autrement.

LinkedIn est un réseau social professionnel qui fonctionne sur le principe de la connexion et du networking. Très apprécié par les professionnels, LinkedIn est un outil puissant, mais beaucoup ne savent pas l’utiliser efficacement. 

Pour bien faire, commencez par travailler votre profil avec soin, c’est à la fois important et utile. Comme vous n’avez pas deux fois l’occasion de faire une bonne première impression, évitez les fautes, les opinions tranchées et les publications qui ne vous présentent pas sous votre meilleur jour. Assurez-vous que votre profil couvre vos différents objectifs et ne contredit pas ce que vous avancez dans votre CV. 

Choisissez une photo qui vous mette en valeur, c’est-à-dire une photo sur laquelle on distingue bien votre visage, vous avez une attitude professionnelle tout en étant avenant, et une tenue adéquate à votre statut. 

Par ailleurs, grâce à la fonction « Créer votre profil dans une autre langue », vous pouvez présenter votre profil en français et en anglais. 

Pour en tirer avantage, montrez-vous actif sur LinkedIn :

  • Montrez-vous sous votre meilleur profil,
  • Connectez-vous à des personnes que vous connaissez déjà, 
  • Reprenez contact avec d’anciennes relations professionnelles (dans ce cas, envoyez un message personnalisé),
  • Tissez des liens avec des personnes œuvrant dans votre secteur d’activité, 
  • Apprenez à interagir avec d’autres professionnels : publiez des contenus dans votre domaine, aimez les publications de vos relations, commentez et partagez,
  • Pensez à solliciter vos amis, votre famille, vos contacts pour obtenir des références, 
  • En retour, enrichissez les profils de vos relations en rédigeant des recommandations et en recommandant leurs compétences,
  • Mettez régulièrement à jour vos informations (emploi, missions ou projets, parcours professionnel, photo, centres d’intérêts, compétences et recommandations).

Consulter des profils sur LinkedIn vous permet, entre autres, de connaître les projets sur lesquels les gens travaillent, leurs parcours et responsabilités et enfin leurs titres et certifications. Observez les relations de vos nouvelles relations, vous trouverez sans doute des professionnels dont les centres d’intérêt se rapprochent des vôtres !

Réseau social professionnel à portée internationale, LinkedIn est à la portée des grandes entreprises, PME, start-up, entrepreneurs, indépendants ou chercheurs d’emploi. Il s’agit d’être vu en se démarquant grâce à des actions de vente, de marketing ou de ressources humaines. Près de 70 % des cadres supérieurs français déclarent y être inscrits ! En revanche, une fois n’est pas coutume : privilégiez la qualité à la quantité car la pertinence de votre réseau augmente votre crédibilité.

A lire aussi  Comment entretenir de bonnes relations professionnelles ?

Important à savoir aussi : Linkedin vous rend « visible » professionnellement sur Google. En d’autres termes, s’il prend l’envie à quelqu’un de vous “Googliser” (en tapant votre nom sur Internet), Linkedin va remonter votre profil dans les premiers résultats de recherche. Grâce à cette « carte de visite digitale », vous pouvez attirer l’attention des autres. Et plus vous êtes visible, plus vous élargissez votre réseau. 

Enfin, pensez aussi à suivre les entreprises qui vous intéressent sur LinkedIn. De cette façon, vous verrez comment vous êtes connecté avec ses employés. En fonction du rang auquel cette personne est située par rapport à vous, vous devriez arriver à vous connecter à toute autre personne ciblée. Si LinkedIn est un outil, il ne tient qu’à vous d’être fin stratège pour exploiter toutes ses possibilités !

4. Participer à des soirées networking 

Participer à une soirée networking pour développer son réseau et trouver des clients, à coups sûrs, oui ! Mais pas n’importe comment. Entre l’idée et la conclusion d’un accord, il faut y aller par étapes et éviter certaines erreurs.

Premièrement, pour réussir sa participation à des soirées networking, il faut avoir au moins un objectif précis et s’y tenir. Se rendre à un événement pour trouver des clients, prospecter ou encore revoir ses partenaires. Définissez clairement avec qui vous souhaitez entrer en contact et repartez avec les coordonnées de cinq nouvelles personnes, par exemple. 

Nombreuses sont les soirées privées qui vous permettent de réseauter. Mais comme vous ne pouvez pas être partout à la fois, faites le tri. Renseignez-vous auprès des membres de votre réseau pour savoir quelle est « the place to be », ou consultez les sites ou applications dédiés tels que Meet Up (https://www.meetup.com/fr-FR/), Eventbrite (https://www.eventbrite.fr) ou Axielles (https://www.axielles.com) pour être directement tenu(e) informé(e) selon vos centres d’intérêt. Scrutez les noms des participants pour vous préparer au mieux. 

Une fois en place, c’est à vous de jouer ! Commencez par vous présenter aux organisateurs, ils ont un rôle de mise en relation entre les différents participants. En amont, vous aurez choisi votre tenue la plus adéquate au style et au lieu, alors armez-vous de votre sourire le plus cordial, et repérez celles et ceux avec lesquels vous avez envie d’échanger. 

Soignez votre entrée en contact : cartes de visite en poche (que vous ne remettrez en mains propres qu’à la fin de votre discussion), vous tacherez de faire bonne impression en étant à la fois remarqué(e) et remarquable. Misez sur l’écoute active en vous intéressant aux autres. Présentez-vous en quelques minutes de façon simple, rapide, concise mais néanmoins complète. Et, si la préparation est essentielle, ne perdez pas de vue que le naturel est votre meilleur allié !

A lire aussi  Développer un réseau professionnel | 4 Étapes Clés

Le networking ne s’arrête pas à la soirée. Dès le lendemain, vous devez faire le point sur les retombées : 

  • Donnez suite à ceux qui vous l’ont demandé (tenez vos engagements d’envoi de coordonnées, mise en relation, relais d’article, etc.), 
  • Envoyez un simple mail de remerciements à chaque contact que vous aurez eu pendant la soirée (en leur proposant d’échanger plus longuement lors d’une prochaine entrevue, par exemple) 
  • Et invitez vos nouveaux contacts LinkedIn. Ainsi, vous enrichissez chaque jour votre carnet d’adresses.  

Une astuce Womaccelerator ? 

Pensez à vous munir d’un badge que vous apposerez à votre veste. En y indiquant votre prénom, votre nom éventuellement, et le nom de votre entreprise, toutes les personnes à qui vous vous adresserez sauront qui vous êtes. Cela peut à la fois vous faire gagner du temps et vous éviter bon nombre de quiproquos. D’autant qu’en affichant clairement qui vous êtes, non seulement vous renvoyez un épanouissement professionnel certain (vous n’avez rien à cacher), mais vous favorisez aussi votre présence à l’esprit de vos interlocuteurs (ils se souviendront plus facilement de vous) !

5. Comment engager une conversation ?

Inutile d’être un expert en communication pour savoir engager une conversation. Pour éviter le stress de la prise de parole, en public ou non, il suffit d’adopter les bons réflexes. 

Que vous soyez en soirée networking ou que vous souhaitiez entrer en contact avec une personne lors d’une conférence professionnelle par exemple, n’hésitez pas à « prendre la température » en naviguant à vue pendant quelques minutes au début. En effet, vous capterez au passage les différents sujets de prédilection des participants et aurez ainsi une clé d’entrée pour aborder ceux avec qui vous souhaitez engager la conversation. 

Avant toute chose, soyez curieux. Il n’y a qu’en vous intéressant à ce que votre interlocuteur a à vous dire que vous saurez entrer dans une conversation. Il n’en sera que plus facile d’adopter une attitude positive

En cas de stress, respirez profondément. Souriez, regardez votre interlocuteur dans les yeux et détendez-vous, c’est ainsi que tout se passera bien. 

Entamez la discussion avec une formule de politesse : « Bonjour/Bonsoir ». Puis, présentez-vous (cela incitera votre interlocuteur à se présenter à son tour). 

Posez des questions ouvertes, écoutez attentivement et rebondissez sur ses propos pour entretenir la conversation (reformulez si nécessaire ; pour montrer que vous êtes à l’écoute et pour vous assurer que vous avez compris l’essentiel). 

N’oubliez pas que votre interlocuteur s’intéressera à vous si vous lui parlez de lui. Ca peut faire sourire mais c’est un fait incontestable : sachez vous intéresser d’abord à l’autre et à ce qu’il fait. Puis, au détour d’une phrase, vous trouverez un moyen de parler de vous (activité, entreprise, carrière, produits/services, etc.) tout en restant à son écoute.

En synthèse, pour engager une conversation de manière simple et efficace, gardez bien en tête ces 6 conseils :

  1. Soyez dans un bon état d’esprit
  2. Prenez la température 
  3. Soyez curieux
  4. Posez des questions ouvertes
  5. Essayez de bavarder naturellement
  6. Faites preuve d’écoute et d’empathie
  7. Remisez vos craintes au placard, elles n’ont pas lieu d’être ici


6. Savoir comment bien communiquer avec les autres 

Pour bien communiquer, il faut avant tout bien se faire comprendre, savoir écouter et accepter nos différences.

Au quotidien, la communication n’a d’autre but que de créer du lien social. Notre réflexion permet d’organiser nos pensées et de faire passer un message à notre interlocuteur. Mais il ne faut pas oublier que chacun a sa propre façon de communiquer. Aussi, pour bien communiquer avec les autres, faire attention à ce que l’on dit ne suffit pas ; il faut avant tout savoir écouter et s’adapter. 

Pour s’exprimer et transmettre un message, il existe deux modes de communication bien distincts : la communication verbale et la communication non verbale.

A lire aussi  5 conseils pour bien débuter en tant que networkeuse

La première désigne l’ensemble des moyens utilisés pour transmettre des éléments d’information : la voix, mais aussi les registres lexicaux et auditifs. Le choix des mots ainsi que la qualité de la voix sont donc autant d’indices qui permettent de décrypter plus facilement une situation de communication, une émotion ou même un état d’esprit. Reposant sur une expression claire et une écoute attentive, la communication verbale couvre aussi bien les expressions orales, les messages écrits et la langue des signes. 

On estime que notre communication est verbale à 7 %.

La communication non verbale correspond quant à elle à tous les signaux visibles émis par une personne, consciemment ou non. 

On observe ici le langage corporel, les gestes, les mimiques, la posture et les mouvements mais aussi d’autres facteurs comme les vêtements, la posture, ou encore la coiffure. Celle-ci peut aussi être influencée par les biens matériels (bureau, voiture, décoration intérieure, etc.) qui permettent également de tirer certaines conclusions sur l’individu en question. 

En position assise par exemple, vos jambes croisées sont perçues comme un signe de défense. Mais si vous les croisez aux genoux ou à l’américaine (cheville posée sur le genou de l’autre jambe), les significations sont radicalement différentes : décence et éducation pour l’un, relaxation (voire besoin de compétition) pour l’autre. Autre exemple : si vous repliez vos jambes sous votre chaise, on aura tendance à penser que vous êtes timide (ou que vous ne comprenez pas tout ce qu’on vous dit).

55 % de notre communication est visuelle.

Enfin, 38 % de notre communication est vocale (intonation et son de la voix). Même au téléphone par exemple, le ton de notre voix ou notre débit de parole peuvent donner des indications sur nous-mêmes. 

En synthèse, ce qu’il faut retenir, c’est que la communication par les gestes, les regards, la posture ou les expressions accompagnent presque toujours les mots et la voix. La communication verbale et la communication non verbale sont étroitement liées.

Un bon conseil : mettez de temps en temps votre téléphone de côté. Obnubilés par nos appels, mails ou SMS, nous en perdons parfois la notion de communication. Pour avoir un dialogue constructif et enrichissant avec quelqu’un, il est nécessaire de s’aménager des moments sans téléphone. Ainsi, nous sommes plus attentifs à l’autre et plus réceptifs à ses émotions. La communication retrouve alors sens et intérêt. 

7. Développer son sens politique en entreprise 

Le sens politique est une compétence managériale essentielle pour réussir professionnellement et progresser au sein de son entreprise. Ce n’est ni de la manipulation, ni de la compromission pour arriver à ses fins, c’est plutôt un comportement qui permet à un manager d’atteindre ses objectifs en utilisant des compétences techniques et comportementales adaptées. C’est avant tout être en capacité de comprendre son environnement et les enjeux qui s’y trouvent pour s’y adapter. 

Dans toute entreprise, il y a d’un côté le pouvoir hiérarchique et les relations privilégiées que certains entretiennent stratégiquement, de l’autre, les jeux de pouvoir et d’influence liés aux personnalités de chacun. L’important est de bien saisir les normes, usages et rituels de l’entreprise dans laquelle vous évoluez pour comprendre les codes et s’y conformer. Vous faites partie d’un groupe, c’est à vous de comprendre comment il fonctionne. 

Entre écoute et observation, celui qui sait faire preuve de finesse psychologique sait en amont ce qui est important afin de délivrer le message approprié au bon moment. Soyez clairs avec vos valeurs, idées et opinions tout en vous adaptant à un territoire, ou à une culture. Puis analysez objectivement une situation pour agir au moment opportun, pour votre réussite personnelle ou mieux : la réussite de vos équipes.

Pour développer votre influence, l’intelligence sociale est un atout. Sachez faire preuve de souplesse (sans jamais renier vos convictions). Intéressez-vous de façon sincère à vos collaborateurs et n’hésitez pas à vous rendre utile : en offrant vos services, vous tissez un réseau qui repose sur la loyauté et la sincérité entre personnes de confiance. Empathie et sens du service sont les maîtres mots du sens politique en entreprise. 

Enfin, développer votre sens politique est essentiel pour cultiver votre réseau. Renvoyez une image positive directe (tenue vestimentaire correcte, visage avenant, conversations décentes…) ou indirecte (utilisation des réseaux sociaux…). Et cultivez votre « network » en restant intègre tout en vous adaptant à votre environnement.

Pour conclure, j’aimerais vous rappeler que créer et entretenir son réseau professionnel ne se fait pas en un jour. Alors, si j’ai réussi à vous convaincre de l’intérêt de réseauter, n’attendez plus : lancez-vous ! Soyez patient(e) : tout le temps que vous y consacrerez et l’énergie que vous y mettrez sont autant d’investissements sur le long terme. Et réseauter, c’est d’abord donner. Ensuite, inévitablement, en fonction de ce que vous avez semé, vous récolterez !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •