Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
⏱ Temps de lecture : 15 minutes

La productivité d’une entreprise est très souvent liée à l’efficacité personnelle de chacun. Le dirigeant doit être en capacité d’organiser son entreprise et d’amener ses équipes à savoir s’organiser en tenant compte de toutes les activités à accomplir dans la journée. Quel que soit votre secteur d’activité, ces deux éléments sont essentiels pour gagner en efficacité et en productivité.

Mais, entre la multiplication des tâches à réaliser et le temps après lequel on court, comment faire le tri entre ce qui est incontournable et ce qui ne l’est pas ? Faut-il travailler plus ? Ou mieux ? Comment planifier son temps ? 

Womaccelerator vous donne 11 méthodes pour améliorer votre efficacité au travail.  

1. La loi de Pareto

Premier outil incontournable pour aller à l’essentiel de manière simple et rapide : la Loi de Pareto. Ou, si vous ne connaissez pas le principe de Pareto, vous avez peut-être entendu parler de la loi des 80/20 

La règle est simple : environ 80 % des effets sont le produit de 20 % des causes. Par exemple, 80 % du chiffre d’affaires d’une entreprise est réalisé grâce à 20 % des clients, ou encore 80 % des résultats que nous obtenons proviennent de 20 % de notre travail (seulement).

Né des observations empiriques de l’économiste Vilfredo Pareto et du qualiticien Joseph Moses Juran qui diffuseront cette notion dès 1954, le principe (ou loi) de Pareto est un outil d’analyse qui recommande de séparer les éléments en deux parties : les problèmes vitaux et les autres considérés comme plus secondaires. 

En termes de gestion, de management ou de réflexion stratégique, cet outil peut réellement vous aider à analyser une situation pour vous amener naturellement à améliorer votre efficacité professionnelle.

Dans le cadre d’une stratégie commerciale par exemple, la loi de Pareto peut être utilisée comme un outil pertinent pour cibler les actions qui seront les plus efficaces. Ou, lors d’une création d’entreprise, vous permettre de construire votre business plan en allant à l’essentiel.

Voici quelques situations très diverses dans lesquelles la loi de Pareto peut s’appliquer :

  • Stratégie : définition d’une nouvelle gamme de produits, des objectifs de vente, élaboration d’une vision stratégique, choix des tâches les plus importantes, etc.
  • Gestion : de stocks (pour éviter les ruptures), des forces de l’entreprise, etc. 
  • Ressources humaines : management des équipes, gestion des compétences, évolutions, etc. 
  • Organisation : hiérarchiser les tâches à réaliser, rechercher les causes d’un problème, trouver des solutions, etc. 

Pour bien faire, identifiez le problème à analyser, rassemblez toutes les données utiles sur le sujet, classez-les en différentes catégories et faites le point sur l’urgence ou l’importance des tâches à accomplir. 

Présentée sous forme de diagramme de Pareto, la représentation graphique des résultats obtenus permet au manager de dissocier les missions qui sont chronophages de celles qui le sont moins. En conséquence, il décidera de modifier son emploi du temps, de déléguer des tâches à ses collaborateurs, ou d’organiser sa journée différemment (pourquoi ne pas démarrer sa journée en s’attelant à ces 20 % de tâches essentielles qui produisent 80 % de vos résultats ?).

Véritable outil d’analyse puissant et simple d’utilisation, la loi de Pareto vous aide à hiérarchiser les tâches à réaliser. Ainsi, votre capacité à aller à l’essentiel au cœur de l’action vous permettra de gagner en efficience et en efficacité professionnelle.

2. La roue de Deming 

Méthode de gestion de la qualité, la fameuse « roue de Deming », popularisée par William Edwards Deming, est aussi connue sous l’appellation de cycle de Shewhart (the Shewhart cycle). 

C’est un moyen mnémotechnique qui permet de repérer avec simplicité les 4 étapes à enchaîner successivement pour une meilleure planification et organisation du travail.

On l’appelle aussi la méthode PDCA :

  1. Plan = planifier (ou préparer le travail à effectuer) ; cette partie se déroule en trois temps : identifier le problème à résoudre, rechercher les causes (par exemple à l’aide d’un diagramme de Pareto) et enfin trouver des solutions sur la base d’un cahier des charges et d’un planning de travail.
  2. Do = faire ; c’est la phase de développement (souvent après une phase test), mise en œuvre.
  3. Check = vérifier, contrôler ; analyser les résultats et s’assurer de l’efficacité de la solution mise en place ou prendre conscience des difficultés à appréhender.
  4. Act (ou Adjust pour éviter toute confusion avec l’étape Do) = passer à l’action ; valider le changement étudié et le mettre en œuvre ou reprendre le cycle à la première étape pour redéfinir le processus si nécessaire.

Le concept de roue veut que la boucle soit bouclée. Ainsi, on revient à la première étape tant que l’objectif ultime n’est pas atteint. Pour éviter de stagner ou de régresser, on démarre une nouvelle planification et la roue avance d’un quart de tour à chaque nouveau cycle. S’il y a une cale sous la roue, c’est pour l’empêcher de redescendre (éviter de revenir en arrière, grâce à des audits réguliers, par exemple) et cumuler l’expérience acquise.

Aujourd’hui, certains spécialistes font évoluer le concept en OPDCA : ajouter un « » pour « Observe » (= observer ») en début du cycle, car il est nécessaire de bien observer avant d’établir tout plan d’action.

3. La méthode SMART

Pour améliorer son efficacité au travail, la méthode SMART est essentielle : c’est la formulation des objectifs de la manière la plus claire et la plus simple possible afin qu’ils aient le plus de chances d’être atteints

Ceux-ci doivent être SMART, un acronyme qui reprend la première lettre des mots suivants : Spécifiques, Mesurables, Atteignables, Réalistes, Temporels. En anglais, le terme SMART signifie « intelligent » et se présente ainsi : Specific, Measurable, Achievable, Relevant and Timed.  

Dans le détail, la méthode SMART signifie que les objectifs doivent être :

  • Spécifiques (ou simples) : par exemple, développer les ventes d’une gamme de produits sur un nouveau segment. La spécificité garantit la bonne compréhension des objectifs qui doivent être positifs, clairs et faciles à comprendre. Si un objectif est trop complexe, scindez-le en plusieurs.
  • Mesurables : développer les ventes de + 30 %. Sur la base d’indicateurs quantitatifs ou qualitatifs prédéfinis, les objectifs doivent pouvoir faire l’objet d’une mesure claire. 
  • Atteignables (ou Ambitieux) : par exemple : + 15 % en année 1, + 12 % en année 2 et + 10 % en année 3. Les objectifs doivent être fixés par étapes et partagés par ceux qui auront à les réaliser, c’est la base du management (écouter, convaincre et signer un pacte d’objectifs avec ses collaborateurs).
  • Réalistes : par exemple, renforcer l’action commerciale sur le terrain par des moyens de marketing opérationnel et des offres promotionnelles. Un objectif est réaliste si on se donne les moyens de ses ambitions, dans le sens Pertinent ou Cohérent (Relevant en anglais). 
  • Temporels (ou délimités dans le Temps) : par exemple à trois ans, en fixant des objectifs à dates intermédiaires. Fixer un objectif dans le temps, c’est se donner une date d’échéance de l’objectif final. En l’absence de limite temporelle, les équipes seront incapables de mesurer et de doser leur effort, ce qui pourrait induire une démotivation.

En entreprise, trop d’objectifs ne sont pas clairs : soit ils ne sont pas reliés à des indicateurs de résultats qui en permettent le contrôle, soit ils ne sont pas réalistes ou même atteignables, soit enfin vous n’êtes pas maître du budget qui vous permettrait de les atteindre. Appliquer la méthode SMART évite la démotivation des employés et renforce leur sentiment de maîtrise.

A lire aussi  Comment gagner du temps ? | Conseils et outils

4. La technique Pomodoro 

Développée par Francesco Cirillo dans les années 1980, la technique Pomodoro est une solution de gestion du temps. Elle consiste à diviser la journée en plages de travail minutées. En hommage au minuteur de cuisine que son fondateur a utilisé pour perfectionner sa méthode, son nom veut dire « tomate » en italien.

Alors, comment planifier son temps ? Cette technique est simple à mettre en œuvre, et ultra efficace en termes de productivité ! 

Sa structure de base est la suivante :

  1. Choisissez une tâche à accomplir.
  2. Réglez votre minuteur Pomodoro (ou l’alarme de votre téléphone).
  3. Travaillez pendant un Pomodoro de 25 minutes.
  4. Lorsque le minuteur sonne, indiquez que vous avez réalisé cet intervalle de travail.
  5. Après chaque session, faites une courte pause (5 minutes).
  6. Après la quatrième session, prenez une pause plus longue (15 à 30 minutes).
  7. Remettez votre minuteur à zéro et répétez le processus.

Vous allez d’abord vous habituer à travailler par tranches de 25 minutes et développer ainsi votre capacité de concentration. En augmentant ces intervalles au fur et à mesure, vous finirez par faire des cycles de 60 à 90 minutes. Mais n’oubliez pas de faire les pauses, et ne restez pas assis trop longtemps, bougez de temps en temps !

A l’heure où les bureaux sont souvent organisés en open space, la technique Pomodoro peut vous aider à améliorer votre espace de travail et à motiver réellement vos équipes en les aidant à maintenir leur concentration. On peut même imaginer des Pomodori de groupe pour améliorer collectivement sa gestion du temps ! 

Si la technique Pomodoro ne convient pas à tout le monde, elle est un outil précieux pour atteindre efficacement de petits objectifs. Concrètement, dans votre travail, essayez d’affecter des blocs de 25 minutes aux tâches les plus importantes et ce dès le matin pour veiller à bien gérer vos priorités. Ou alors fixez une session Pomodoro par semaine et bloquez-la dans votre agenda.

Il existe aussi des applications qui vous permettent de suivre des rapports, indicateurs de suivi et tableaux des scores, ou de limiter l’utilisation des réseaux sociaux ou bloquer vos appels téléphoniques par exemple. En vous concentrant sur votre gestion du temps, vous optimiserez votre efficacité au travail.

5. La méthode GTD 

La méthode GTD est l’une des techniques d’organisation du travail les plus populaires : si vous vous sentez débordé(e), paralysé(e) par toutes les tâches que vous avez à faire et que vous ne savez pas par où commencer, faites le vide dans votre tête. Déchargez vos pensées, projets ou idées pour les organiser. Vous les traiterez ensuite de façon plus efficace et cela vous permettra d’avancer.

GTD signifie “Getting Things Done”. Inventée par David Allen, cette méthode permet de gagner du temps au quotidien en capturant mieux notre travail, en l’organisant et en déterminant ce qui mérite votre attention. Cette gestion du temps vise à augmenter votre productivité en améliorant votre workflow.

Cette méthode fonctionne de la façon suivante :

  • 1ère étape : l’Inbox ; elle capture toutes les choses à faire et décharge ainsi votre esprit. 
  • 2e étape : déterminer la nature de la chose réceptionnée afin de savoir ce que vous en faites. Est-elle “actionnable” (vous savez quelles actions entreprendre pour le faire) ou non ? Si oui, est-elle actionnable immédiatement ou en plusieurs étapes ?

Une tâche non actionnable doit être au choix : éliminée si elle n’est pas pertinente ou mise de côté dans l’espoir d’y revenir plus tard lorsque l’idée aura murie. 

Une tâche actionnable doit être traitée :

  • Immédiatement, si elle vous prend moins de 2 minutes.
  • Déléguée, si vous n’êtes pas la bonne personne pour la traiter.
  • Ou inscrite dans votre liste des « actions à venir » selon un calendrier défini.

En suivant ce cheminement, vous êtes capable de traiter efficacement toutes les choses que vous devez faire.

Pour profiter au maximum de la méthode GTD, voici 5 piliers à avoir bien en tête :

  1. Collecter : transférez ce que vous avez en tête dans l’inbox pour vous en décharger. De cette façon, vous évacuez du stress et de la confusion.
  2. Traiter : rendez les choses « actionnables » pour travailler efficacement. 
  3. Organiser : orchestrez la suite des événements par catégorie et priorité et établissez un plan d’action.
  4. Réviser : assurer un suivi, c’est essentiel pour suivre l’état d’avancement de vos tâches et rectifier l’organisation si besoin.
  5. Agir : Il est maintenant temps de vous mettre au travail et d’attaquer chaque tâche une par une et d’avancer.

Pour optimiser votre efficacité au travail, n’hésitez pas à vous appuyer sur une méthode qui a fait ses preuves et sans toutefois profondément changer votre fonctionnement quotidien

6. Le batching 

Le batching, ou la méthode « des lots », c’est l’art de regrouper les tâches similaires pour gagner en productivité. A l’inverse du multitasking qui consiste en l’exécution de plusieurs tâches à la fois, le batching permet de gagner en efficacité. 

Par exemple, au lieu d’expédier vos commandes clients au fur et à mesure qu’elles arrivent, vous les réunissez pour les envoyer toutes en même temps. 

Autre exemple : vous vous octroyez une heure par jour (et une seule) pour répondre aux commentaires laissés par les internautes sur vos réseaux sociaux au lieu de réagir dès qu’un nouveau message apparaît. Idem pour les mails. 

Le batching étant extraordinairement efficace pour gagner du temps et être plus productif, vous devriez être en mesure de vous organiser plus facilement et sereinement. Ceci présente trois avantages :

  • Planifier : en gérant mieux votre planning de travail quotidien, vous êtes plus efficace et moins stressé.
  • Gagner du temps : en regroupant vos activités, vous réduisez le temps de démarrage d’une tâche.
  • Libérer son esprit : le batching permet de réduire la charge mentale.

Le batching nécessite en effet d’être pleinement concentré sur une activité donnée. Vous pouvez faire des pauses, mais évitez au maximum les distractions. Selon les missions à exécuter, les «  lots » peuvent être effectués une fois par jour, par semaine, ou par mois. A vous de voir en fonction de la nature des tâches, de leur urgence et de leur importance. Pour une meilleure efficacité au travail, il convient d’établir, chaque soir, le programme du lendemain (ou chaque semaine celui de la suivante).

 7. Atteindre le flow

Le flow, ou “l’expérience optimale”, est un état mental ultime d’extase atteignable par la concentration de votre esprit, selon Mihály Csíkszentmihályi, psychologue. Ce qui prédomine, c’est un sentiment de joie, une sensation d’être plein(e) d’énergie positive et comblé(e).

Pour l’atteindre, voici quelques conseils :

  1. Se donner des objectifs précis et appropriés : ni trop ambitieux, ni trop faciles à atteindre. 
  2. Développer une concentration ultime : oubliez tout ce qui peut vous distraire et mettez en place des stratégies pour favoriser votre concentration  (téléphone en silencieux, consultation des mails deux fois par jour, etc.)
  3. Travailler sa confiance en soi, pour atteindre un sentiment de sérénité ou de bonheur.
  4. Obtenir un retour immédiat et en tenir compte pour progresser.
  5. Être plus exigeant au travail pour être aussi plus satisfait.

Pour atteindre le flow, vous devez non seulement avoir un objectif spécifique mais avant tout être passionné par ce que vous faites. Avoir un défi stimulant augmente votre niveau de compétence. Notre cerveau n’étant pas programmé pour être multi-tâches, vous devez travailler par tâche ou par lots pour atteindre le flow ou l’expérience ultime. En vous focalisant sur une tâche à la fois, ou en divisant les grandes tâches par des plus petites, vous avez plus de chances de réaliser la totalité de ce que vous aviez à faire et optimiser ainsi votre performance. 

Autre point important : la respiration est un élément clé et fondamental pour atteindre le flow. N’hésitez pas à faire quelques exercices de respiration, comme par exemple :

  1. Inspirez profondément pendant 4 secondes.
  2. Retenez votre respiration pendant 7 secondes.
  3. Expirez longuement pendant 8 secondes.

En répétant cet exercice plusieurs fois, votre cerveau sera pleinement alimenté en air, décuplant ainsi votre concentration et votre énergie. 

En synthèse, si réussir à atteindre votre flow vous rendra heureux, il vous fera également progresser. Et son développement vous permettra de décupler vos résultats donc votre performance individuelle et collective. 

A lire aussi  Batching : Soyez mieux organisé.e et plus efficace grâce à cette méthode

8. Le deep work 

Le deep work, ou « travail en profondeur », est une méthode de travail révolutionnaire qui vous promet de (re)trouver concentration et efficacité.

Il  nous est arrivé à tous d’être assis à notre bureau, prêt à travailler, avec mille choses à faire et pourtant, on est incapable d’avancer. Alors, on papillonne : on fait un petit tour sur les réseaux sociaux, on consulte nos messages téléphoniques, nos mails, mais il n’y a rien à faire, notre esprit est ailleurs. En réalité, il nous est impossible de nous concentrer. 

Saviez-vous que l’être humain a aujourd’hui moins de capacité de concentration qu’un poisson rouge ? C’est en faisant ce constat qu’un professeur américain, Cal Newport, a théorisé une nouvelle méthode de travail, « en profondeur ». 

Le principe ? Développer votre capacité à vous concentrer, apprendre efficacement et arrêter de travailler plus tôt chaque jour. Une révolution qui a fait l’effet d’une bombe dans notre société où nous sommes connectés en permanence. 

La méthode repose sur plusieurs éléments :

  1. Fragmenter son travail : notre cerveau peut redoubler de créativité si, et seulement si, il est totalement libre d’esprit. Ainsi, pour travailler en profondeur, il est essentiel de fragmenter son travail. 
  2. Eliminer les tâches futiles : cela paraît évident, mais pour être réellement concentré, il faut réduire les tâches futiles durant une période déterminée. 
  3. Faire du deep work une habitude : nous ne pouvons pas être au maximum de nos capacités pendant plusieurs heures d’affilée, c’est impossible. Alors, définissez une plage horaire et tenez-vous y : vous verrez qu’en vous concentrant pleinement, vous serez plus efficace (il est toujours plus simple de s’en tenir à ce qui est prévu à l’avance). 
  4. Faire preuve d’adaptabilité : si vous êtes dans une impasse, n’hésitez pas à changer d’environnement. Cela permettra à votre cerveau de s’aérer. En lisant un livre, en buvant un thé ou en allant vous balader, vous vous évadez de votre travail et il sera plus facile d’y retourner, totalement concentré cette fois-ci.   

Vous l’avez compris, quelle que soit la méthode, pour commencer le deep work, le plus important est d’avoir une bonne organisation de travail : lâcher son téléphone, se couper de toute distraction et se mettre dans sa bulle. Planifiez vos activités par tranches de 2, 3 ou 4 heures lors desquelles vous êtes entièrement concentré. Puis, faites une pause. Et si vous n’avez pas terminé en temps et en heure, planifiez une nouvelle séance de deep work pour être sûr de vous y remettre.

9. La méthode de l’effet cumulé 

Inventée par Darren Hardy, l’effet cumulé est le principe de récolter d’énormes récompenses à partir d’une série de petits choix intelligents, effectués de manière cohérente et répétée.

Pour en bénéficier, il faut avoir un objectif précis. Ainsi, vous identifierez les actions à accomplir, les habitudes à mettre en place et le comportement à adopter. Quel que soit votre objectif, n’oubliez pas qu’il doit être SMART. Et, une fois que vous êtes au clair sur ce que vous désirez accomplir, respectez les 7 règles suivantes

  • Accepter le pouvoir de l’effet cumulé
  • Faire les bons choix et les suivre
  • Développer de bonnes habitudes (et supprimer les mauvaises)
  • Mettre en place des routines quotidiennes
  • Faire preuve de patience
  • Optimiser votre environnement
  • Prendre des mesures extraordinaires pour des résultats extraordinaires

Tous les petits choix que vous ferez en pleine conscience et avec constance vous conduiront à des changements qui changeront votre vie en profondeur !

10. La parabole des gros cailloux 

Un salarié qui gère mieux son temps est plus efficace. En tant que manager, vous êtes souvent amené à annoncer ou à accompagner le changement. Par expérience, on sait que raconter une histoire permet bien souvent de faire passer un message sans être dans le jugement. C’est notamment ce que préconise Michèle Côme, humoriste en entreprise ! 

Pour faire prendre conscience à vos collaborateurs de la nécessaire gestion de leurs priorités et de se concentrer sur l’essentiel, il existe une méthode appelée la parabole des gros cailloux. Une métaphore fort utile pour donner du sens à vos paroles. 

L’histoire, la voici :

Un vieux professeur, chargé de former des étudiants sur l’optimisation de leur temps, leur proposa de réaliser une expérience. Il sortit un grand pot de verre qu’il posa délicatement sur la table devant lui. Ensuite, il prit des gros cailloux qu’il plaça un à un dans le grand pot. Lorsque le pot fut rempli jusqu’au bord et qu’il fut impossible d’y ajouter un caillou de plus, il leva lentement les yeux vers ses élèves et leur demanda :

–      Est-ce que ce pot est plein ?  

Tous répondirent : « Oui ».

Il attendit quelques secondes et ajouta : « Vraiment ? ». Alors, il prit un autre récipient, rempli cette fois de gravier. Avec attention, il versa les graviers sur les gros cailloux, brassa légèrement le pot laissant ainsi s’infiltrer les morceaux de gravier entre les cailloux. Le professeur leva à nouveau les yeux vers son auditoire et réitéra sa question :

–      Est-ce que ce pot est plein ? 

Cette fois, ses élèves commençant à comprendre son manège, l’un d’eux répondit : « Probablement pas ! ».

« Bien ! » répondit le professeur. Il se pencha à nouveau et sortit un sac de sable. Avec minutie, il versa le sable dans le pot. Le sable alla remplir les espaces entre les gros cailloux et le gravier. Une fois de plus, il redemanda :

–      Est-ce que ce pot est plein ? 

Sans hésiter et en chœur, les étudiants répondirent : « Non ! ».

« Bien ! » répondit le professeur. Et comme s’y attendaient ses élèves les plus brillants, il prit le pichet d’eau qui était sur la table et remplit le pot jusqu’à ras bord.

Le professeur leva alors les yeux vers son groupe et demanda : « Quelle grande vérité nous démontre cette expérience ? »

Pas fou, le plus audacieux des élèves, songeant au sujet de ce cours, répondit : « Cela démontre que même lorsque l’on croit que notre agenda est complètement rempli, si on le veut vraiment, on peut y ajouter plus de rendez-vous, plus de choses à faire. 

« Non » répondit le professeur. « Ce n’est pas cela. La grande vérité que nous démontre cette expérience est la suivante : si on ne met pas les gros cailloux en premier dans le pot, on ne pourra jamais les faire entrer tous, ensuite ». 

Il y eut un profond silence, chacun prenant conscience de l’évidence de ces propos. Il compléta ses propos : « Alors, n’oubliez pas de vous poser à vous-même, la question : “Quels sont les gros cailloux dans ma vie ?” Ensuite, mettez-les en premier dans votre vie. » D’un geste amical de la main, le vieux professeur salua son auditoire et quitta lentement la salle.

Vous pouvez utiliser cette parabole dans plusieurs situations d’entreprise : soit pour faire réfléchir vos collaborateurs sur les priorités de votre entreprise (les gros cailloux symbolisant vos valeurs, vos objectifs stratégiques ou encore vos projets les plus essentiels), soit pour amener un collaborateur à se recentrer sur l’essentiel (quels sont ses gros cailloux ?  Et qu’il les mette ensuite en premier dans sa vie). Dans un cas comme dans l’autre, le salarié gagne en productivité tout en étant sur le bon chemin dans sa quête de sens et d’équilibre entre vie privée et vie professionnelle.

Et vous, quels sont les gros cailloux dans votre vie ? Votre famille ? Votre santé ? Réaliser vos rêves ? Progresser ? Défendre une cause ? Prendre du temps pour vous ? Retenez bien une chose : faites passer vos gros cailloux en premier. Sinon, vous risquez de ne plus avoir suffisamment de temps précieux à consacrer aux éléments importants de votre vie.

11. Les meilleurs logiciels en organisation de travail 

Si vous êtes adepte des to do list, ou des post-it pour noter toutes les tâches que vous avez à faire dans la journée, découvrez ces applications pour vous aider à mieux gérer votre temps. 

A lire aussi  Technique Pomodoro : Comment l'appliquer pour augmenter votre productivité ? [tutoriel]

Être mieux organisé est un défi de chaque instant, et utiliser le bon logiciel en organisation de travail vous aidera à prioriser vos tâches aussi bien pour votre organisation personnelle que pour l’efficacité professionnelle. Voici 7 outils gratuits pour les amateurs de productivité.

1. monday.com 

https://monday.com/lang/fr/ 

Outil idéal pour gérer vos projets et les répartir à votre équipe de façon visuelle. En un seul coup d’œil, vous visualisez, selon les échéances, les tâches en cours, les tâches urgentes et celles qui sont terminées. Planifier votre temps et celui de vos équipes est primordial pour la réussite de vos projets : en vous aidant à déléguer, bien plus qu’une to do list, monday.com vous permettra d’être plus efficace au travail. 

2. Todoist

https://todoist.com

Todoist est « la meilleure to-do list du moment » (selon The Verge https://www.theverge.com) pour une planification et organisation du travail efficace en faisant collaborer des salariés sur des projets de toutes tailles

Au quotidien, cette application vous offre une vision stratégique de tout ce que vous avez à faire. La version gratuite est déjà très utile : création rapide des listes de tâches et barre de navigation avec accès direct aux tâches du jour et à celles des 7 prochains jours. Avec un design épuré, Todoist est l’outil idéal pour gérer les tâches que vous avez à réaliser. 

3. Trello

https://trello.com/fr

Outil collaboratif conçu pour organiser ses tâches, Trello a su s’imposer comme un outil phare de gestion de projet. Sous forme d’application web, Trello a de nombreuses fonctionnalités et l’outil, dans sa version gratuite, est pratique et puissant. Utilisé par un grand nombre d’entreprises, il est idéal pour gérer vos tâches et planifier votre temps. Votre objectif étant de cocher les tâches et diminuer ainsi votre to do list. Je l’utilise d’ailleurs depuis le lancement de Womaccelerator ! 

4. Google Keep

https://keep.google.com

C’est l’outil Google par excellence : gratuit et très simple à prendre en main, Google Keep est facile à utiliser sur ordinateur, téléphone portable ou tablette, et se synchronise rapidement et efficacement sur tous vos appareils. Cette application de prise de notes propose une interface en post-it permettant d’organiser ses tâches personnelles de manière intuitive et donc de gagner en productivité. 

5. Microsoft To do

https://todo.microsoft.com/tasks/fr-fr/

Anciennement Wunderlist, Microsoft To Do est le nouvel outil complètement gratuit qui vous aide à vous concentrer, aussi bien dans vos activités personnelles que professionnelles

Créez vos propres tâches ou importez-les depuis Outlook avec une synchronisation parfaite. Vous pouvez ensuite personnaliser vos listes, les partager et affecter les tâches à vos collaborateurs. Pensez à utiliser les suggestions intelligentes et personnalisées, comme par exemple les codes de couleur ou le rappel des échéances.

6. Any.do

https://www.any.do

Grâce à son interface épurée et très efficace, Any.do est un outil web de gestion des tâches et de to do list intelligentes

Bien gérer son planning de travail étant essentiel, Any.do vous permet de trier facilement toutes vos listes de tâches. Faites collaborer vos équipes en y ajoutant des notes ou même des fichiers PDF, des vidéos, des enregistrements audio, des photos, etc. Avec Any.do, la productivité devient une addiction 

7. Easynote

https://easynote.com

EasyNote est un logiciel de gestion de tâches 100 % gratuit. C’est également un outil de gestion de projets grâce au travail collaboratif et à une capacité de stockage de fichiers jusqu’à 1GB. Simple d’utilisation, la manipulation d’Easynote ne requiert aucune connaissance technique particulière.

En synthèse, maîtriser parfaitement son temps de travail n’est pas chose facile. Mais, vous l’avez compris, il existe des solutions pour vous aider à garder le rythme, gagner en efficacité et être toujours plus productif. Quelle que soit la méthode, choisissez celle qui vous paraît la plus efficace pour réduire votre stress et améliorer la qualité de votre travail. Savoir gérer son temps, planifier et organiser au mieux sa journée sont les clés de votre épanouissement professionnel !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •