Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aujourd’hui, on utilise plus volontiers le terme « vie professionnelle » que celui de « carrière ». Et si l’on devait décrire chacun terme par un symbole, le premier serait un chemin, parfois sinueux, où on est acteur pour atteindre sa cible ; le second une flèche qui monte toute droite vers un zénith. Dans la première appellation, on admet enfin que le travail doit contribuer à l’épanouissement des femmes et des hommes. C’est donc le bon moment pour vous poser la question suivante : « Ma vie professionnelle a-t-elle du sens » ?

Première étape : faites le bilan matériel de votre vie professionnelle à l’instant T

Il s’agit de déterminer objectivement le niveau de satisfaction matérielle apportée par votre situation actuelle. Commençons par faire un bond en arrière dans le temps. Essayez de vous remémorer les rêves que vous aviez lorsque vous étiez jeune. Comment envisagiez-vous votre avenir sur le plan professionnel ? Quels étaient les objectifs qui vous ont poussé à entreprendre vos études ? Quelles étaient vos ambitions lorsque vous avez intégré votre premier poste ?

Vous avez certainement mis tout en œuvre pour que vos projets deviennent une réalité. Alors aujourd’hui, il est temps de dresser le bilan :

  • Avez-vous la position et le salaire que vous espériez ?
  • Quelles sont vos perspectives de satisfaction professionnelle d’avenir dans 10 ans ?

Si vous répondez par l’affirmative à la première question, vous avez obtenu le juste retour sur tous les efforts que vous avez dû consentir. Vos diplômes ont été reconnus, votre travail apprécié et vous avez gravi normalement les différents échelons dans l’entreprise qui vous emploie. On peut dire que vous faites jusqu’à présent une belle carrière.

Mais qu’en sera-t-il dans quelques années ? C’est maintenant qu’il faut vous poser cette question. Car si votre avenir professionnel ne vous parait pas à la hauteur de vos ambitions et/ou de vos compétences, il est peut-être temps d’envisager d’autres possibilités.

Deuxième étape : faites le bilan émotionnel de votre vie professionnelle

Bien gagner sa vie, occuper un poste à responsabilité, être reconnu pour son professionnalisme, c’est la partie visible de l’iceberg. Preuve en est que de nombreux cadres font un burn-out, alors que pour l’entourage leur situation semblait enviable. Les éléments financiers sont essentiels, mais ils ne sont pas les seuls qui entrent en ligne de compte dans votre épanouissement.

Ainsi, certains salariés sont obligés de sacrifier une partie de leur vie familiale en espérant grimper encore dans la hiérarchie.

Pour la petite histoire, en 1998, au tout début de ma vie professionnelle comme RRH d’une entité de 500 salariés, j’ai eu la chance d’être dans l’équipe organisatrice des rencontres « jeunes cadres » (250 jeunes embauchés au périmètre national). À cette occasion nous faisons l’interview d’un des dirigeants du Groupe. Et au hasard d’un propos autour de notre thématique : « Sortez de votre bulle !», il nous avoue que son dernier fils l’appelle … « Monsieur ».

Yes…so what ?

Il poursuit en précisant que son absence aux petits déjeuners, aux diners et souvent même plusieurs jours par semaine ont donc eu raison de sa reconnaissance en tant que père. Et cela semble plutôt l’affecter. Ce témoignage en tout cas sera précieux dans ma construction professionnelle. La réussite oui, mais jamais au détriment de liens essentiels dans la vie.

D’autres ressentent de l’ennui et réalisent que la voie qu’ils avaient choisie ne leur apporte plus vraiment de satisfaction.

Là aussi, il est important de se poser les bonnes questions.

  • Est-ce que je suis heureux au réveil de me rendre à mon travail ?
  • Est-ce que le travail que j’accomplis est compatible avec mes valeurs ?
  • Est-ce que mon travail est utile ?
  • Est-ce que j’attends avec impatience le week-end et les congés ?
  • Est-ce que j’envisage la retraite comme le moment où je pourrais enfin faire ce que je désire ?

Des réponses honnêtes vous permettront d’évaluer votre épanouissement moral qui est tout aussi important que votre réussite financière.

Si ce deuxième bilan est positif comme l’était le premier, il n’est pas utile de lire la suite. Mais, si ce n’est pas le cas, il est temps à présent de voir comment vous pouvez donner plus de sens à votre vie professionnelle.

Troisième étape : Ne perdez pas de temps et donnez-vous les moyens de choisir un nouveau cap

Si le monde du travail n’apporte plus la même sécurité que dans les années d’après-guerre où l’on terminait sa carrière dans la société où elle avait débuté, cela présente néanmoins quelques avantages.

Fini le temps où l’on n’avait pas le droit à l’erreur. Vous avez choisi d’exercer un métier et vous découvrez un jour qu’il n’est finalement pas fait pour vous ? Rien n’est perdu. Il n’est pas rare à présent de changer plusieurs fois de carrières dans une vie. Internet a changé la donne, en rendant les formations à distance de plus en plus accessibles. Décider de quitter le salariat pour se lancer dans une entreprise individuelle est devenu presque banal.

Votre ambition n’a que les limites que vous lui donnez. Tout ou presque est maintenant possible, à condition d’être prêt à redoubler d’efforts pour donner du sens à sa vie professionnelle.

Quatrième étape : Faites-vous confiance et acceptez la prise de risque

Vous vous sentez prête ou prêt au changement ? Alors, il faut savoir que cela va nécessiter que vous sortiez de votre zone de confort. Il n’est pas question de vous précipiter, mais de commencer à prendre en considération vos valeurs.

  • Vous êtes partisan d’une économie durable, du respect de l’environnement ? Pourquoi ne pas le faire savoir dans votre entreprise en rencontrant les services concernés par ces problématiques (les opérationnels, la direction de l’innovation ou de la Responsabilité Sociétale d’Entreprise) ? Avez-vous évoqué le sujet avec votre manager pour discuter ensemble de la pertinence et des modalités de cette trajectoire ?
  • Vous souhaitez être un peu plus disponible pour votre famille tout en évitant les temps de transport inutile ? Vous pourriez peut-être envisager le télétravail ? A ce sujet, et pour avoir fait signer à mon équipe les premières conventions de télétravail chez ENGIE en 2016, mon conseil est d’éviter le risque d’isolement social, que vous soyez manager ou salarié. Donc, idéalement, ne pas être en télétravail plus de 2 à 3 jours/semaine.
  • Vos compétences sont sous-exploitées, votre progression dans l’entreprise est ralentie par toutes vos obligations familiales ? Changez votre organisation, libérez-vous un temps précieux. C’est ainsi que vous vous accorderez les moyens de vous élever dans la hiérarchie.

Bref, donner du sens à sa vie professionnelle, ce n’est pas forcément tout envoyer promener, mais c’est partir à la recherche du juste équilibre, celui qui vous permettra d’être en accord avec vous-même, ce qui est indispensable pour vous épanouir. C’est oser vous accorder des choix en brisant des chaînes que vous avez parfois posées vous-même.

N’oubliez pas qu’en donnant du sens à votre vie professionnelle, vous donnerez du sens à votre vie tout court !

Un sens à la vie professionnelle

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •