Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
⏱ Temps de lecture : 7 minutes

À votre avis, pourquoi parle-t-on de “gestion de carrière” ? Parce que, tout comme votre patrimoine ou votre santé, la carrière se prépare et se gère. Rares sont les cas où l’on se retrouve dans des postes de management ou de direction, voire à la tête de l’entreprise totalement par hasard. Le plus souvent, il y a eu un processus d’évolution plus ou moins long et des étapes franchies une à une pour arriver au sommet de l’entreprise, ou tout au moins pour atteindre ses objectifs d’évolution de carrière. Alors, comment gravir les échelons, si possible rapidement ? Pour évoluer en entreprise et accélérer le processus, il vous faut prendre conscience de quelques bonnes pratiques et avoir la bonne attitude pour vous démarquer.

Comment évoluer en entreprise

C’est quoi évoluer en entreprise ?

Pour faire avancer votre carrière, rien de mieux que d’avoir une cible afin de savoir quelles étapes franchir dans votre parcours professionnel pour arriver au but. Seulement voilà, nous n’avons pas toutes et tous les mêmes ambitions ni les mêmes aspirations pour pouvoir se dire un jour que l’on a réussi notre évolution professionnelle. Certains visent la revalorisation de leur salaire, une mobilité ou une ouverture à l’international alors que, pour d’autres, évoluer signifie plus de liberté, plus de formation ou une nouvelle organisation du temps.

J’ai tendance à considérer qu’évoluer, c’est savoir se reconnecter à ses aspirations profondes tout en épousant ses ambitions de carrière. 

Cette démarche nécessite de vous fixer des objectifs et définir ce que vous mettez derrière le terme “d’évolution”.

Pour faire le diagnostic, vous allez immanquablement vous poser des questions comme :

  • Quelles sont mes forces et mes compétences à mettre en avant ?
  • Quel parcours me permettrait d’améliorer mon employabilité ou atteindre tel type de poste ?
  • Quel est mon projet de vie ?
  • Quelle est la logique de mon entreprise pour atteindre un tel poste ?

Fixez ensuite vos objectifs en déterminant si vous souhaitez :

  • évoluer pour grimper les échelons (évolution verticale) ? Pour piloter une équipe plus importante, diriger, etc…
  • évoluer pour gagner plus, et de quelle manière ?
  • évoluer pour élargir mes compétences (évolution horizontale ou transversale)
  • évoluer à quel horizon : court, moyen, long terme ?

A titre personnel, j’ai vécu une drôle d’expérience en 2006 au sein du groupe ENGIE. Mon N+2, qui avait mon avenir de future dirigeante entre les mains, m’a posé la question suivante, à laquelle je n’étais pas du tout préparée : « Lise, qu’est-ce qui te motive le plus dans ton travail ? Le sexe, l’argent ou le pouvoir ? ». Après avoir réfléchi pendant quelques secondes, qui ont semblé interminables, convaincue que j’allais dire une grosse bêtise, j’ai répondu : « Relever des défis nouveaux et complexes et m’enrichir personnellement. ». Je sous-entendais par ce deuxième point l’apprentissage. Cela suffira pour que je ne sois pas retenue dans le convoi des « leaders for tomorrow » cette année-là !

Prenez le temps d’anticiper et de bien réfléchir à vos objectifs d’évolution de carrière, pour être aligné.e avec votre entreprise, ses codes, et avec vous-même.

A lire aussi  Pourquoi avons-nous besoin d’un mentor ?

Montrez votre envie de progresser

Au-delà de vos compétences, ce qui va beaucoup peser dans la balance pour évoluer dans une entreprise, c’est votre attitude. Si vous avez de l’ambition, montrez que “vous en voulez” en toute transparence. Toutes les personnalités d’influence ont commencé de cette manière. 

Attention cependant à ne pas trop en faire au risque d’agacer vos collègues ou de susciter des jalousies. Votre soif de progression doit être connue mais il ne faut pas que ce soit un sujet central dans votre travail. Sachez notamment faire preuve de patience. En effet, l’expérience acquise avec le temps est un gage rassurant. En d’autres termes : la confiance, ça se gagne ! Et dans la plupart des entreprises, priorité est donnée aux plus expérimenté.es, qui ont fait leurs preuves. Sachez également doser votre désir de mobilité, sans vouloir aller trop vite. Un consultant en ressources humaines m’expliquait un jour la théorie de l’oiseau en cage pour mesurer la prise de risque lors d’un changement de poste. Imaginez un oiseau qui se tient aux grilles de sa cage grâce à son bec et ses 2 pattes. Ces 3 membres qui le font tenir sont les 3 piliers du changement : la fonction, le service, l’entreprise. S’il se déplace dans sa cage en bougeant à la fois son bec et une patte, il risque de tomber, ne se tenant plus qu’avec une seule patte. S’il se déplace en ne bougeant qu’une patte à la fois, ou son bec, il ne tombera pas. Gardez en tête cette métaphore lors de votre évolution professionnelle. Par exemple, si vous changez de fonction et de service, cela constitue un grand risque (même si certain.es y parviennent), qui s’accroît encore si vous changez à la fois d’entreprise et de poste.

Il va de soi que votre meilleur atout sera de performer dans votre travail, d’obtenir d’excellents résultats, et d’être reconnu.e pour vos compétences professionnelles

Bref, le combo gagnant pour évoluer en entreprise : rendre visible votre envie de progresser et montrer vos compétences. 

Soignez votre image

Une notion qui nous échappe parfois, c’est celle de l’image que l’on dégage, et celle de notre réputation. Pour évoluer en entreprise, vous devez prendre les devants et soigner votre image. Comment faire ?

1 – Être “corporate”

Ce terme est largement répandu dans les grands groupes, il s’agit d’avoir une attitude qui corresponde aux codes de l’entreprise. Respecter ces codes, le règlement, les pratiques, les horaires, le tenue vestimentaire, l’équipement, les prises de congés, les normes en termes de déplacements et de notes de frais, etc…Le mieux vous vous accordez avec les valeurs de l’entreprise, le plus l’entreprise aura envie que vous la représentiez et vous aidera à évoluer.

2 – Être votre “VRP”

Pour vous démarquer, rien de tel qu’une petite dose d’auto-promotion. En interne, pensez à communiquer vos réussites par le biais de l’intranet ou en étant cité.e dans la newsletter. En externe, soulignez les innovations de votre organisation sur Linkedin. Vous donnerez une image corporate et démontrerez une capacité à faire rayonner votre société de manière authentique.

Élargissez vos compétences en vous formant

Pour évoluer en entreprise, parfaire sa formation peut accélérer le processus. En effet, si vous pensez qu’il vous manque quelques cours ou un diplôme pour booster votre carrière, il n’est jamais trop tard pour vous lancer.

À ce sujet, les entreprises proposent un plan de développement des compétences ou de transition professionnelle à leurs collaborateurs, notamment dans le cadre de salarié.es performant.es ou avec du potentiel et que l’entreprise souhaite garder. Dans d’autres cas, le manager peut proposer une formation pour élargir les compétences notamment dans le cas ou le poste lui-même est amené à évoluer, tout en gardant la même personne. C’est une option qui présente beaucoup d’avantages : une formation prise en charge, des facilités d’organisation pour suivre des cours et s’absenter, voire un arrêt de travail le temps de la formation pour revenir ensuite sur un poste plus calibré. La formation diplômante ou professionnelle est un tremplin très efficace pour évoluer dans une entreprise. 

A lire aussi  Les blocages ? Dès l’échelon intermédiaire jusqu'au plafond de verre

Si la demande de formation vient de vous, il vous suffit de démontrer qu’elle vous permettra de créer plus de valeur pour votre entreprise.

Cultivez votre réseau

En évolution interne, soyez toujours bienveillant.es avec vos collaborateurs en créant des connexions, même avec les membres d’autres services. Vous pourriez les croiser à d’autres postes un jour et les chances de gravir les échelons grâce à de bonnes relations passées deviennent plus grandes. 

À cet égard, je peux témoigner que mon implication active dès 2010 pour l’égalité professionnelle femmes-hommes et au sein du réseau interne WIN a modestement participé à ce que mon entreprise ENGIE reçoive, 7 ans plus tard, le grand prix de la mixité et se retrouve dans le TOP 30 mondial sur ce sujet. 

Et en dehors du monde de l’entreprise ? Le réseau se cultive aussi ! Clubs de sport, meetups, veille technologique, réseaux sociaux…utilisez tous ces leviers pour développer votre réseau. Ils contribuent à votre ouverture d’esprit, votre veille sur votre secteur d’activité et géographique, votre capacité à innover et à vous adapter. Ces contacts formels et informels peuvent vous servir pour nouer des liens avec des collègues d’autres services, apporter des idées nouvelles, montrer vos capacités et vous démarquer.

C’est grâce à mon large réseau que j’ai fédéré autant de M.E.B. (Mentors Experts Bienveillants)  au sein de mon programme Womaccelerator qui partagent les mêmes valeurs que moi.

Pour aller plus loin, découvrez l’article pour développer votre réseau professionnel.

Se positionner sur les transformations de l’entreprise

Transformation de l’organisation, changement des pratiques ou lancement d’un nouveau business, soyez à l’éveil, soyez curieux.se et force de proposition ! Développer son sens critique est très important en entreprise. Lorsque les idées sont amenées avec subtilité et humilité, elles seront très appréciées par votre responsable et votre hiérarchie. Nombre de changements de postes ont lieu lors de rachats, ou lors de réorganisation d’un service, fusion, rachat de filiales, etc…Si vous sentez le vent venir, tâchez de vous positionner au plus tôt sur un poste pour évoluer à ce moment-là. Ce sont souvent les meilleurs moments pour grimper les échelons en se faisant aspirer dans le tourbillon organisationnel pour celles et ceux qui ont anticipé !

Je dois quelques succès professionnels à cette forme de ténacité et d’audace en période de réorganisation. Audace qui m’a notamment amenée à être retenue pour créer puis diriger ce qui deviendra le Pôle administration des ventes régional d’ENGIE à 27 ans (10 000 clients d’affaires B2B).

Travaillez vos soft skills

Bien que vous soyez le ou la plus qualifiée pour un poste, un.e autre candidat.e vous passera un jour devant. Pourquoi ? Parce que les compétences techniques ne suffisent plus. Les recruteurs et managers sont de plus en plus sensibles aux soft skills, à savoir les compétences comportementales.

Ce tableau représente les soft skills les plus appréciées des recruteurs :

Tableau soft skills les plus appréciées des recruteurs

Pour faire la différence, apprenez enfin à accepter votre personnalité et à faire valoir vos talents. Par exemple, si vous êtes doué.e pour le digital et les outils numériques, vous pourriez briller dans votre équipe en donnant des conseils ou de l’aide à ceux qui se débrouillent moins bien. En période de télétravail, ces talents cachés ont pu parfois inverser les rôles au sein d’une équipe. 

Si, d’une manière ou d’une autre, vous contribuez à améliorer le fonctionnement du service, ou de l’entreprise, ces compétences deviennent clés. Si vous parvenez à vous imposer naturellement comme un leader d’équipe par vent de changement et de réorganisation, grâce à votre grand sens de l’adaptation, vous serez probablement remarqué.e et promu.e.

Optez pour le mentoring et l’accompagnement

Forte de mes réussites professionnelles, des connaissances acquises et de toutes mes expériences accumulées, je me suis lancée le défi de vous accompagner grâce au programme digital Womaccelerator pour accélérer votre réussite professionnelle. 

Découvrez comment gagner 10 ans d’évolution professionnelle avec ce parcours prévu sur 6 mois et qui vous apporte des méthodes, des outils, une mine de bons conseils actionnables, des séances de coaching collectif et même l’accès à des Mentors Experts, tous bienveillants !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •